À Alfama, João, un forgeron, Toino, chanteur de fado, et Ana, la prostituée, sont les protagonistes d’un drame de quartier, où le fado est synonyme d’un destin tragique et de condition marginal. On assiste à l’immoralité du protagoniste, qui tombe amoureux de la prostituée et, après un conflit violent avec un chanteur de fado marginal et maquereau, son rival amoureux, abandonne sa femme et ses enfants. Le père de Maria fait appel à Ana d’éviter la destruction d’une famille, et celle-ci, en accord avec les meilleurs principes morales, lui demande de retourner chez soi et de rejoindre sa famille.

À la fin, dans une scène avec Toino, où il assume tragiquement son destin comme chanteur de fado, les deux – lui, joueur de guitare et la prostituée – sont les protagonistes de l’image célèbre du tableau O Fado, de José Malhoa.

Un film en quatre actes inspiré du tableau susmentionné, de José Malhoa, ayant comme base, le même titre, de Bento Mântua.
C’est la première approche cinématographique au thème du fado, en le situant dans un milieu marginal ainsi que bohémien d’un quartier typique de Lisbonne.

  • Drama must, en noir et bean
  • Réalisation: Maurice Mauriad (1875-1958)
  • Producteur: Pátria Film
  • Étrenne: 9 Avril 1923
  • Argument: Bento Mânua
  • Photographie: Artur Costa Macedo
  • Durée: 29 minutes
  • 30 Mars – 16h30
  • Villa des Arts, Rabat

Deixe uma resposta

Your email address will not be published.

clear formPost comment