Depuis 2013, elle intègre l’équipe de tutelle du Musée du Fado, en jouant des rôles au niveau de l’étude et de la gestion de collections, médiation culturelle et service éducatif.
Tandis qu’éducatrice Senior dans l’Oceanário de Lisbonne (2005-2012), elle s’est spécialisée en interprétation patrimoniale et de l’environnement, développement régional et local.
Elle a une formation complémentaire qualifiante, en Territoire, Environnement et Développement Soutenable (2010) par la Faculté de Sciences et Technologie de l’Université Nouvelle de Lisbonne.
Diplômée en Droit (2000) par la Faculté de Droit de l’Université Catholique Portugaise.

Conférence: “L’Internationalisation du Fado”

À cette conférence-là, nous avons parcouru les grands moments de la médiatisation du Fado, depuis la décennie de 1930 jusqu’à nos jours.
Si depuis 1930, on a vu naître les premières ambassades du Fado en Afrique et au Brésil – ayant comme protagonistes des artistes comme Berta Cardoso, Ercília Costa, Armandinho, parmi d’autres – avec Amália Rodrigues, depuis la deuxième moitié du XXe siècle, que le Fado fait tomber toutes les frontières, recueillant partout des publiques nouveaux.
D’Amália Rodrigues jusqu’aux artistes des générations nouvelles, le Fado se célèbre aujourd’hui d’une façon universelle.
En dialoguant ouvertement avec d’autres genres performatifs, le Fado a su, en plein XXIe siècle, s’affirmé dans le circuit international de la world music.
Il a tout à fait conquis la poésie érudite portugaise, il se trouve assidûment dans les salles les plus prestigieuses du Monde et ses artistes les plus emblématiques se transforment en des vrais icones des arts du spectacle portugais.

  • 29 Mars
  • 16h30
  • Ville des Arts, Rabat

Deixe uma resposta

Your email address will not be published. Required fields are marked *

clear formPost comment